LETTRES DE LOUIS XIV Á VAUBAN

(ARCHIVES DU CHÂTEAU D'AUNAY)

.

Louis XIV

Portrait de Louis XIV

.

A Fontainebleau, ce 19 septembre 1693

J'ay receu la lettre que vous m'avez escrite du 14 de ce mois, elle m'a fait un très grand plaisir vous voyant aussy content que vous me le paroissez sur ce que vous devez faire pour prendre Charleroy. Je seray bien ayse, quand vous en aurez le temps que vous me mandiez ce qui se sera passé, et si vous le pouvez, ce que vous voudrez faire par la suite, et ce que vous jugerez que la place deuvera se deffendre. Vous pouvez me parler d'autant plus hardiment que je ne montreray votre lettre à personne, et que cela demeurera entre vous et moy !

Les dispositions pour le siège me paroissent bonnes, et le Duc de Luxembourg ne croit pas qu'il soit aysé aux Ennemis de secourir cette place, estant bien content des postes qu'il a trouvés !

Ce que vous m'escrivez sur les avantages que l'on pourra prendre sur Charleroy, et ce que le Duc de Luxembourg m'a mandé qu'il espère trouver à se poster de manière que les Ennemis ne pourront l'attaquer, sans désavantage, font espérer que nous sortirons de cette entreprise aussi heureusement que je puis désirer. (De la main du Roi). Songés à ne vous pas exposer mal à propos et ne faittes que ce qui sera nécessaire.

Louis

 

A Fontainebleau, ce 22 septembre 1693

J'ay receu la lettre que vous m'avez écrite le 18 de ce mois, avec le plan qui y estait joint ou est marqué ce que l'on a fait chaque jour à la tranchée. Je vous recommande de continuer à m'advertir de tout ce qui s'y passera. J'espère que la quantité de Canons et de Mortiers que l'on mettra en batterie, et vostre scavoir faire, faciliteront plustot la prise de Charleroy, et que vous verrez la fin de ce siège en bonne santé.

Louis

 

A Fontainebleau, ce 28 septembre 1693

J'ay receu la lettre que vous m'avez escritte du camp devant Charleroy le 24 de ce mois avec le plan qui y estait joint, et la copie de la lettre que vous avez escritte au Maréchal de Luxembourg, qui m'apprend l'estat du siège. J'espère que l'on se rendra bientost maistre de la redoute qui regarde la chaussée, et que l'on pourra mettre enseuite les eaux à sec ce qui vous facilitera la prise de la corne qui est au bas de la ville, et que vous pourrez après cela tirer de grandes lignes paralelles pour vous donner moyen de prendre la Contrescarpe, et obliger peu de temps après la ville à capituler.

 

Louis

 

A Versailles, ce 27 octobre 1963

J'ay receu la lettre que vous m'avez escrite le 17 de ce mois, je suis très content de la manière dont les travaux se sont conduits au siège de Charleroy, et du peu de monde que nous y avons perdu par vos soins, et votre aplication à les conserver. 

Le sr Peletier de Souzy m'a rendu compte de ce que vous luy avez escrit sur le restablissement des fortifications et bastiments de la place. Vous aurez desja apris par luy mes intentions sur ce qu'il y aura à faire et je m'assure que vous aurez donné les ordres nécéssaires pour mettre la place en seureté en faisant le moins de despense qu'il sera possible.

J'aprouve la disposition que vous avez donné aux troupes que le Duc de Luxembourg vous a laissé pour mettre Charleroy en seureté. A l'esgard de la proposition que vous faites d'en mettre en quartier à Chasseler et Marchiennes l'on verra ce qu'il y aura à faire pour y en loger le plus que faire se pourra……..J'approuve la résolution que vous avez prise de vous rendre à Mons, de là à Courtray, enseuite à Furnes et Dunkerque, avant de venir icy. Après que vous aurez achevé cette tournée, je seray bien ayse de vous voir pour vous témoigner la satisfaction que j'ay de tout ce que vous avez fait pour mon service pendant cette campagne.

 

Louis

 

A Versailles, le 10 May 1694

J'ai receu la lettre que vous m'avez escritte le 7 de ce mois de St Malo ; je suis très satisfait du compte que vous me rendez de ce que vous avez fait pour mettre St Malo en estat de ne point craindre l'effet des bombes des Ennemis. Les avis que j'ay qu'ils commancent à mettre leurs vaisseaux en mer, et qu'ils ont déjà une partie de leur flotte à l'isle de With, sont que je crois qu'il est à propos qu'aussytost que vous aurez reçu lettre vous partiez pour vous rendre à Brest sans achever de visiter les costes de Normandie. Vous aurez soin seulement de bien instruire les officiers des lieux où vous ne pouvez point aller, de ce qu'ils doivent faire en cas que les ennemis voulussent entreprendre quelque chose sur les pays de l'estendue de leur commandement.

Toutes les instructions que j'ay à vous donner sont de vous servir des troupes de terre que j'envoye à vos ordres et dont vous trouverez l'estat cy-joint, pour empêcher les ennemis de faire aucune descente près de Brest.

Il y a pareillement dans Brest un nombre de troupes de mer assez considérable que vous employerez au même usage, aussy bien qu'à oster les moyens, s'il se peut, aux ennemis, de bombarder cette place par mer ; vous servant des bateries qui sont aux environs de la Rade.

Vous devez aussi porter tous vos soins pour mettre en seureté mes vaisseaux qui sont dans le port ; et si contre toute aparence les Ennemis estaient en estat d'assiéger Brest, je m'attends que vous n'oublierez rien pour leur rendre la prise de cette place impossible. Si vous croyez pouvoir tirer quelque secours de la province de Bretagne pour empescher les Ennemis de réussir dans les desseins qu'ils pourraient avoir sur Brest ou sur les vaisseaux qui sont dans le port, vous pourrés vous entendre avec le Duc de Chaulnes à qui j'ordonne de vous ayder de tout ce qui dépendra de Luy.

J'ordonne au Marquis deBarbesieux de vous envoyer un mémoire de ce qui doit estre à vos ordres, c'est -à-dire un estat des officiers généraux de l'artillerie et des vivres que l'on destine pour la subsistance du corps qui doit s'assembler près de Brest.

 

Louis

 

Voici la transcription des notes marginales qui sont de la main même de Louis XIV :

 

A Versailles le 3 aoust 1692

Je n'avais pas moins d'inquiétude que vous pour Namur sachant l'estat où il est et les préparatifs que les ennemis faisaient sur la Meuse pour cette entreprise. Ils le faisaient pourtant avec tant de bruit et d'ostentation que j'ay douté qu'ils eussent formé le dessein qu'ils donnaient lieu de croire par tout le bruit qu'ils faisaient. Leur marche vers (…)

 

Les ingénieurs sont bons et surtout quand ils n'ont qu'à exécuter ce que vous ordonnez.

 

Il est assuré que je serai content de vous. Je souhaite que ce soit vif et longtemps encore.

Nous verrons dans peu à quoi aboutiront les grands préparatifs à la mer et si la flotte ennemie viendra sur mes côtes ou à Dunkerque. On les attend partout et je me flatte qu'ils ne me feront pas beaucoup de mal de quelque côté qu'elle tourne. 

 

Louis

 

  Haut de la page


  4, place Vauban  89630 Saint Léger Vauban  ~ Tél. : 03 86 32 26 30 - Fax : 03 86 32 28 80

 | Écomusée du Morvan | Association  | Édition  | Diffusion  |  Accès et Tarifs  | Le village  | Citations  |  Nous contacter | Infos utiles |  

 | Homepage  | Association | Publications and Documents  | Our publishing | Acces & fare  | The village  | Contact us |

Copyright 2001 - 2010 © Écomusée Vauban  - -  Mise à jour / Update :  05/02/10